Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Newt Scamander : quand l’originalité fait le succès

21 décembre 2016

Newt Scamander est un oiseau rare - Peut-être plus rare que le Thunderbird (Oiseau-tonnerre dans la version française) - qu’il fait clandestinement entrer dans Manhattan dans Les Animaux fantastiques.
Protagoniste timide, réservé, bon et tolérant, fidèle aux valeurs des Poufsouffle à Poudlard, il dénote des héros aventuriers, courageux et dominants que l’on a l’habitude de voir dans les autres sagas.


Cet article est basé sur une réflexion de Emma Lord publiée sur Bustle et en reprend des éléments.

Newt Scamander : Un héros pas comme les autres

Newt Scamander nous montre à plusieurs reprises qu’il est différent des autres héros avec son regard fuyant, ses interventions brèves avec les interlocuteurs et son comportement dans certaines scènes.

C’est un homme profondément émerveillé par la nature et par les animaux magiques qu’il prend sous son aile comme une « maman » de substitution, révélant son côté doux et féminin, un coté peu mis en avant dans notre société ou beaucoup pensent encore que l’homme doit afficher sa virilité.
Lorsque ses créatures sont menacées, il ne se montre en aucun cas violent ou agressif envers les membres du MACUSA mais essaye au contraire de leur faire comprendre avec émotion que ses animaux ne sont pas dangereux : « S’il vous plaît, ne leur faites pas de mal, ils ne sont pas dangereux ! »

JPEGÀ son arrivée chez les sœurs Goldstein, Queenie sonde l’esprit de Newt, grâce à ses pouvoirs de legilimens. Celui-ci, bien qu’un peu en colère et embarrassé par la violation de sa vie privée, lui demande simplement « S’il vous plaît, ne lisez pas mon esprit » puis « Désolé, je vous ai demandé de ne plus le faire ».
Lorsqu’on lui demande s’il sait quelque chose au sujet de la société magique américaine, Newt réprimande Tina Goldstein sur le fait qu’ils ont des lois plutôt « arriérées » sur les relations avec les gens non magiques car du point de vue de Newt il semble « sauvagement absurde » de ne pas être ami ou même ne pas être autorisé à épouser un moldu.

Newt Scamander est une exception parmi les héros masculins qui ont souvent comme qualités la bravoure, le courage, l’audace, le goût pour l’aventure, l’esprit chevaleresque mais également l’agressivité et l’orgueil. Des stéréotypes tellement intériorisés dans les récits traditionnels que nous n’en débattons même plus.

Dans un récit ordinaire, l’idée d’un héros masculin se manifeste différemment. Prenons le cas où Newt aurait été un héros auquel nous sommes habitués (Par exemple Harry Potter, issu de la maison Gryffondor, connue pour leur courage, force, hardiesse et l’esprit chevaleresque), celui-ci aurait défendu ses bêtes avec rage et indignation lors de sa condamnation et de la confiscation de sa malle remplie de créatures, il se serait également attaqué à Queenie lorsqu’elle lit ses pensées sans chercher à comprendre celle-ci.
Ressentir un attachement et exposer ses souffrances est traditionnellement considérée comme un signe de faiblesse chez les hommes ; le fait de s’attaquer à une chose qui compte beaucoup pour eux est donc souvent un déclencheur d’agressivité, qu’on ne trouve pas chez notre héros de Poufsouffle.

JPEGAvec le personnage de Harry James Potter nous avions un héros particulièrement soumis à ces stéréotypes.
Harry est l’Élu, c’est un héros courageux et possédant un grand sang froid mais il ne sait pas s’y prendre avec les filles, est rapidement agacé face aux pleurs réguliers de sa petite amie Cho Chang. Il intériorise tout, en particulier en cinquième année, et est sujet aux crises d’énervement lorsque ses émotions le dépassent.
Il fonce souvent tête baissée dans ses aventures sans même réfléchir aux conséquences, l’une de ses plus grandes craintes étant d’être trop faible pour sauver les gens qu’il aime. Nous savons à quel point cela aura été dommageable pour Harry à travers la mort de Sirius Black, l’homme qui comptait le plus pour lui.

Newt Scamander : La revalorisation des Poufsouffle

“Si à Poufsouffle vous allez,
Comme eux vous s’rez juste et loyal
Ceux de Poufsouffle aiment travailler
Et leur patience est proverbiale.” 

PNGPoufsouffle a souvent été la maison la plus moquée et dévalorisée. Avec un emblème peu flatteur par rapport à celui des autres maisons, face au lion, au serpent et à l’aigle, celui de Poufsouffle est un blaireau... Un choix peu compris par les lecteurs, mais que l’on peut défendre par le caractère discret et altruiste de l’animal.
Les caractéristiques de la maison Poufsouffle n’ont pas été approfondies au cours des œuvres de J.K Rowling, très peu de détails sont dissimulés dans les films comme dans les livres concernant cette maison, décevant certains fans, notamment ceux qui se sont retrouvés dans cette maison suite à la répartition du choixpeau sur le site Pottermore malgré le message de bienvenue chez les Poufsouffle par le préfet Gabriel Truman :

« [...]Nous avons formé de brillants sorciers et sorcières [...] la seule différence avec les autres maisons, c’est que nous ne nous en vantons pas, ce qui fait qu’elles ne reconnaissent pas notre mérite.[...] Les Poufsouffle sont fidèles et dignes de confiance. Si nous n’aimons pas nous vanter, nous n’aimons pas non plus qu’on s’en prenne à nous. Gare à ceux qui nous cherchent des noises ! À l’image de notre emblème, le blaireau, nous nous défendrons et défendrons vaillamment nos amis et nos proches contre tout ennemi. Personne ne nous fait peur. [...] »

Les Poufsouffle essaient de se rassurer à travers les personnages connus représentants cette maison : Pomona Chourave, Nymphadora Tonks, mais le seul héros Poufsouffle véritablement connu dans l’univers de J.K Rowling est Cédric Diggory, un personnage décrit comme loyal, généreux et fair-play dans les livres, mais qui est aussi perçu comme tenace et hautain dans les films, ce qui n’est malheureusement pas en phase avec les valeurs de Poufsouffle. Une erreur que J.K Rowling a voulu rectifier au travers du personnage de Newt Scamander dans Les Animaux fantastiques.

Avec le récent PSA d’Eddie défendant les Poufsouffle et les déclarations de JK Rowling, nous entamons une nouvelle ère grâce aux Poufsouffle.
L’auteur elle-même considère ses œuvres comme un message de tolérance et d’acceptation d’autrui. Elle a notamment expliqué : « Mes livres sont un plaidoyer contre l’intolérance et c’est probablement pour cela que certaines personnes n’aiment pas cette saga. Il y a des messages très sains à transmettre aux plus jeunes. »

JPEGL’idée de mettre les traits caractéristiques des Poufsouffle en avant s’oppose à une culture omniprésente qui a longtemps favorisé la dynamique par laquelle les plus forts sont les plus célèbres. En mettant un héros de Poufsouffle à l’honneur et en démontrant le pouvoir de la bonté, de la loyauté et de la compassion, le personnage de Newt Scamander conteste toutes ces notions inculquées, donnant aux héros masculins et féminins la possibilité de ne plus entrer dans des « cases » et d’être plus libre quitte à déstabiliser certains spectateurs avec un héros peu aventurier et trop effacé.

Plus nous nous éloignons des héros typiques, plus il y aura de héros dont la sensibilité n’est pas une « faiblesse », et n’oublions pas que Poufsouffle est la maison ayant le plus de participants lors de la bataille de Poudlard, derrière les Gryffondor.

Mais comment pouvons-nous inciter un public à aimer un héros sensible, quand celui-ci a été bercé par des héros dont l’aspect émotionnel a toujours été relégué au second plan ? Dans ce cas particulier, il y avait deux réponses possibles : une écriture extrêmement prudente par J.K. Rowling, et le casting d’Eddie Redmayne.

Eddie Redmayne : Le choix parfait pour un Poufsouffle humble

Rarement un acteur a su incarner ce genre de héros en restant naturel et Eddie Redmayne a démontré par ses choix de rôles qu’il était à la hauteur du défi. Il a marqué le grand public avec le personnage de Marius dans Les Misérables, le jeune révolutionnaire qui tombe amoureux tandis que tout le monde autour de lui prend les armes au cours de l’Insurrection républicaine de 1832.
Il a ensuite remporté un Oscar pour sa performance en tant que Stephen Hawking dans The Theory of Everything (Une merveilleuse histoire du temps), un biopic abordant la problématique du handicap qu’il interprète de manière drôle et émouvante. L’année suivante, il a été une nouvelle fois nommé aux Oscars pour avoir dépeint un personnage transgenre, Lili Elbe dans The Danish Girl, un film loin des préjugés et de toutes convenances sociales qui s’attaque aux idées reçues sur les hommes.
Eddie en tant qu’acteur semble être attiré vers ces types de rôles hors norme.

JPEGEddie a affiché publiquement son soutien à Emma Watson dans son combat pour l’égalité des sexes et a publié une photo de lui sur son compte Instagram brandissant le slogan #HeforShe.
Il a néanmoins auditionné pour le rôle de Christian Grey, un personnage sadique et adepte de la dominance sexuelle, dans Cinquante nuances de Grey, un rôle loin de l’image qu’on a de lui.
C’est l’auteur du best-seller qui aurait clairement affiché son refus à sa candidature pour ce rôle sur Twitter. « Je me suis dit d’accord, très bien ! Suis-je si mauvais ? Je peux tenir un fouet. Je peux être coquin, non ? Apparemment pas » a confié Eddie au magazine Variety.

Dans Les Animaux fantastiques, bien que notre héros semble réservé, on remarque rapidement qu’il n’en est pas moins sensible, effaçant ainsi les clichés selon lesquels les hommes extériorisent peu leurs émotions, grâce au jeu d’acteur d’Eddie qui prend son rôle de Poufsouffle très à cœur, en prenant soin de mettre en avant les valeurs de sa maison à Poudlard.
Les protagonistes, Tina, Queenie et Jacob Kowalski, en particulier - sont tous à un moment donné surpris par sa sensibilité. Les personnages qui y réagissent mal sont clairement les « méchants », et à travers cela, le film oriente son public pour voir ce héros de façon différente.

Le succès de ce film n’est pas seulement un témoignage de la fidélité des fans de Harry Potter, mais aussi à quel point le monde est prêt à adopter de nouveaux archétypes pour l’héroïsme à travers des protagonistes honnêtes, vulnérables et généreux.
Espérons que le succès de ce premier opus ouvrira la voie à de nouveaux types de héros, brisant les codes et normes précédemment établis.

Sources :
Bustle
Wikia


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :