Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Leavesden a brûlé mes ailes.

25 décembre 2011

Florence Waters, reporter du Telegraph, était avec le maire de Londres lors de l’annonce officielle de l’ouverture du Chemin de Traverse aux visiteurs pour le Studio Tour de Leavesden et elle livre son sentiment avec quelques détails de la cérémonie ayant eu lieu ce jour là.

Cet article est basé sur une traduction de son compte-rendu exécutée par la Gazette du Sorcier.

"C’est emplie d’excitation que j’ai parcouru le Chemin de Traverse, hier, la grand rue aux bâtiments de guingois où le jeune Harry, les yeux comme des soucoupes, fit ses premiers pas dans le monde des merveilles magiques... jusqu’à ce que je réalise que quelque chose me dérangeait, quelque chose qui pouvait relever du caprice enfantin mais qui paraissait néanmoins navrant.

J’étais invitée à voir Boris Johnson, maire de Londres, mettre la touche finale au décor avant qu’il ne devienne officiellement l’une des attractions clés du nouveau musée de Leavesden, ce village de hangars contenant quelques décors de la saga Harry Potter triés sur le volet et devant ouvrir au public le 31 Mars 2012.

Johnson avait l’honneur de placer la baguette de Harry Potter sur le fameux coussin de velours dans la vitrine du magasin d’Ollivander, fournisseur de baguettes magiques de qualité depuis des siècles, afin de mettre la touche finale au plateau. Si cet honneur lui revenait, c’est tout simplement car le Chemin de Traverse se trouve à Londres. Accessible aux personne pourvues de pouvoirs via une arrière-court à proximité de Charing Cross, la rue est décrite par l’auteur comme ’le cœur du Londres magique’. (Et je ne nierai pas que Johnson était le personnage idéal, ayant de manière très calculée coiffé ses cheveux blancs sur le côté pour descendre cette glorieuse allée pavée digne du Londres de Dickens).

JPEG - 484.3 ko

Le Chemin de Traverse était le choix idéal de décor à révéler en premier lieu (N.d.T : l’auteur n’est manifestement pas au courant des nombreux décors déjà révélés.). Des quinze heures de films et des millions de livre sterling dépensés en décors, la scène lors de laquelle Harry Potter accède au Chemin de Traverse est indéniablement, dix ans plus tard, celle qui est la plus clairement gravée dans ma mémoire. C’est en ce mots que JK Rowling la décrivit : ’Harry aurait voulu avoir quatre autres paires d’yeux... Il y avait des magasins vendant des tuniques, d’autres des télescopes et d’étranges instruments en argent tels que Harry n’en avait jamais vu...

Il y aura dix ans à Noël, alors que le premier film de la saga Potter était diffusé au cinéma, nous étions à son côté. La scène fut la première à générer un visuel cinématographique à notre monde magique personnel, imaginé de longue date, et ce fut fait avec un art et une maîtrise toute réaliste. C’est l’une des chose qui m’a marquée : il n’y avait pas d’extravagance. La mécanique du lieu avait été créée de manière à être parfaitement crédible ; de véritables chauve-souris pendait la tête en bas des enseignes de magasins mais il y avait aussi ces boîte à baguettes prenant la poussière, comme des livres dans n’importe quel magasin spécialisé indépendant. Que Stuart Craig, le chef décorateur, ait gagné tant de récompenses pour avoir donné naissance à cette magie n’a rien d’une surprise.

Mais, la vérité, c’est qu’une décennie après m’être extasiée intérieurement pour ce décor de cinéma, alors que je traçais mon propre chemin sur les pavés de plastique peint du véritable décor, une pensée s’accrochait obstinément dans ma tête. Ce n’était pas totalement un sentiment de déception, après tout je ne m’étais pas attendue à voir le magasin des jumeaux Weasley venir frapper mes rétines ’comme un véritable feu d’artifice’ - pas même l’assurance de la Warner n’aurait pu couvrir ça, quand bien même ils seraient parvenus à reconstituer l’imagerie des livre de manière si vivante. Non, il s’agissait plus d’un sentiment de déni et d’écrasement. Lorsque vous vous tenez là, vous êtes plus conscient que jamais de l’immense, l’infiniment frustrant gouffre qui existe entre l’imagination et le monde réel. Je ne m’étais jamais sentie dans ma vie autant prisonnière du monde moldu.

Je m’étais faite la promesse, à l’âge de dix, de ne plus jamais retourner sur un plateau de tournage. Mon père était décorateur et nous, ses enfants, avions eu droit à la visite du plateau de l’adaptation par la BBC des Chapardeurs durant laquelle j’ai posé les yeux sur une chose atroce : l’un des Chapardeurs, un adulte au tempérament mauvais, se fumant une clope à côté d’une épingle à nourrice de quatre mètres de long et d’une pomme de terre géante en polystyrène.

Ce moment de douleur pure, lorsque vous réalisez que la réalité à laquelle vous croyez à l’écran n’est qu’un truc, un éclairage, de la comédie, un montage habile, ne m’a épargné que dans une très moindre mesure, même en tant qu’adulte. Cette visite m’a à peine moins fendu le cœur que l’expérience de la BBC. Mais bon, je crois durement en la bonne vieille magie du cinéma. "

Alors que Icare brûlait ses ailes de cire aux rayons du soleil, les visiteurs du Leavesden Studio Tour sont-ils voués à faire fondre celles de leur imagination aux projecteurs des plateaux de tournage ? On nous promet un voyage au cœur de la magie, mais est-ce réellement l’illusion dont nous avons besoin ?

Il semblerait que jeter un œil dans les boutiques du Chemin de Traverse pourrait avoir un effet adverse pour certains. On s’en doutait certainement, mais tout le monde n’est pas aussi sensible à l’illusion ; vous, que craignez-vous le plus de votre éventuelle visite aux studios, marcher au sein même de l’illusion vous fendra-t-il le cœur ? N’hésitez pas à partager vos craintes dans notre topic de commentaires, ICI.

Photos de HeyUGuys


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :