Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Le plat d’hiver des Poufsouffle : le risotto de McMillan.

11 décembre 2017

Pour les lecteurs et lectrices de la Gazette, d’ancien.ne.s élèves de Poudlard reviennent sur les recettes qui ont le plus marqué leur scolarité, et nous livrent leurs astuces pour maintenir ces délices vivants.

Le torse bombé, les cheveux dressés sur la tête et un air d’absolue confiance accroché au visage, Ernie McMillan nous accueille chez lui. Éternel célibataire, tout entier dévoué à son poste de relations sorciers-moldus au Ministère de la Magie, M. McMillan n’est pourtant pas le moins bien placé pour nous parler de l’art de tenir un foyer.

Il lui arrive souvent de devoir recevoir des collègues dans son petit appartement du chemin de Traverse, et il a depuis longtemps appris à compenser le manque d’envergure des lieux par la fantaisie des plats qu’il y sert.
"Je me souviens, nous confie-t-il, des heures passées dans les cuisines de Poudlard, à observer le travail des elfes de maison. Ils savaient absolument tout faire ! C’était pour moi dans cette cuisine que résidait la vraie magie de Poudlard. J’ai fait de cette pièce mon antre, à la fois lieu de repos, d’extase, et sanctuaire de la magie culinaire. C’est là-bas que, pour la première fois, j’ai vu les elfes réaliser leur risotto."

Ingrédients pour 4 personnes.

- 1 gros oignon.
- 500g de riz arborio.
- 20 cl de vin blanc sec.
- 1 carotte.
- 1 poireau.
- une pincée de safran.
- une pincée de piment.
- 150 g de parmesan.

Préparation.

1/ Le bouillon.
Avant toute chose, mettez votre safran à infuser dans un petit verre d’eau chaude.

Incendio pour commencer, crac ! une casserole qui apparaît sur le feu, et on laisse chauffer doucement un litre d’eau dedans. On y plonge carotte et poireau débités en morceaux larges, avec la possibilité pour ceux qui apprécient ce genre de produits d’y rajouter un bouillon de crabe de feu ou du fond de sombralineau.
Lorsque le mélange bout, baissez le feu et passez à la suite.

Attention : les morceaux de carotte et poireau n’étant pas les bienvenus dans le risotto, vous utiliserez seulement le bouillon. Gardez cependant les morceaux de légumes, pas de gâchis ! Ils peuvent être remobilisés en soupe ou en purée, avec des patates, d’autres morceaux de carotte, ...

2/ Le riz.
Rebelote sur l’Incendio, mais cette fois-ci c’est une poêle que vous faites apparaître sur le feu. Prenez votre oignon, ciselez-moi tout ça bien finement à grands renforts de Diffindo, et versez le carnage obtenu dans la poêle, sans ménagement, avec un trait d’huile d’olive histoire de pas tout faire cramer non plus.
Une fois que tout ce petit monde dore gentiment, jetez dans la poêle vos 500g de riz, à feu vif. Attention, il faut rester vigilant à partir de là. Remuez régulièrement votre mélange, afin de bien vous assurer que rien ne noircisse. Sinon c’est foutu, c’est tout votre riz qui va avoir un vieil arrière-goût de brûlé. Poivrez et salez.
Dès que riz et oignon perdent leur coloration - et que le teint pâle de Mimi Geignarde n’a plus rien à leur envier- passez à un feu moyen-vif, plongez le bébé sous la portion de vin. Une fois qu’il est baptisé, prenez une première louche de bouillon, et trempez-en le riz, juste à ras du volume de riz inséré dans la poêle.

/ !\ Pour un risotto réussi, tout se joue ici : il faut mettre suffisamment de bouillon pour que le riz ne brûle pas, mais pas non plus trop, sinon le riz est noyé, et sera trop cuit, donc immangeable. Il faut donc : 1/ verser de l’eau dans la poêle pour couvrir la hauteur de riz, mais pas plus haut. 2/ attendre que le riz ait absorbé toute l’eau. 3/ répéter l’opération.

Après 3 ou 4 mouillages successifs de votre riz, goûtez-le. Il doit être al dente (c’est à dire pas dur, mais pas non plus farineux ! il doit résister un peu sous la dent, mais ne pas craquer non plus !) S’il manque de cuisson, n’hésitez pas à ajouter encore une louche.

3/ Si votre riz est bien cuit, on passe à l’étape cruciale : on va donner sa cohérence, sa couleur, son goût et sa consistance à notre risotto.
On verse d’abord le petit verre d’eau infusée au safran sur notre riz, pour la couleur. On pose ensuite au milieu de notre poêle un beau morceau de beurre, pour le crémeux. Touillez à feu moyen jusqu’à ce que vous obteniez une consistance qui vous satisfera.
Ôtez ensuite la poêle du feu, ajoutez le parmesan, et mélangez bien.

4/ Le dressage.
Pour mouler le risotto dans mes assiettes, j’utilise des coupelles de glace que j’ai récupérées le jour où le Ministère a liquidé aux enchères le contenu de la boutique de Florian Fortarôme. Je les remplis à ras de riz, je les retourne sur les assiettes, et je démoule. On obtient ainsi de parfait dômes. Il ne reste qu’à les saupoudrer de parmesan, d’une pincée de piment (le rouge ressort très bien sur le jaune).

Vous pouvez ensuite décorer l’assiette autour du dôme avec quelques feuilles de roquette, un trait de vinaigrette épaisse au balsamique, quelques tomates cerise... selon vos envies.

Bon appétit !

Dégustation :

Un jury de dix personnes, tirées au hasard parmi moldus et sorciers, a été rassemblé pour goûter à l’aveugle le plat préparé par Ernie. Voici leurs impressions !

Pomona C. : "J’aurais sans doute ajouté un soupçon de racine de mandragore râpée, pour réchauffer encore un peu ce plat, mais c’est délicieux tel quel !"
Doris C. : C’est le ptit boursouflet en culotte de velours !"
Rita P : "Viiiiiiva-a-a la pappaaaa... COL POPOPOPOPOPOPOMODOOOORO !"
( et sinon, pour le risotto...?) "VIVA-A-A LA PAPPA, è un capopopopopopolavo-o-o-oro"
Ted T. : "Ce risotto, mes amis, c’est comme le Ronflak Cornu. Si on y goûte pas une fois de temps en temps, on doute du miracle..."
Luna L. : "Ce risotto ressemble beaucoup au Ronflak Cornu !! Mais avec de plus petites écailles..."
Grégory G. : "DU RHUM DES FEMMES..."
Ginevra W. : "C’est pas mal, comme texture. Ça vole bien ? Je vous en prends un morceau à montrer à la Fédé, pour voir si ça pourrait pas remplacer les cognards."
Gornuk : "Non, vous ne me ferez pas manger ça. Vous autres sorciers aimez votre nourriture trop cuite, bouillie, sans saveur ni résistance en bouche. Je préfère mon riz cru."
Nick Q.S.T : "Je ne l’ai pas senti passer. Fameux !"
Harry P. : "Attendez... avec quoi vous avez fait ce dôme ? Avec une coupe ? UNE COUPE ? VOUS OSEZ ? VOUS SAVEZ POURTANT QUE.. xhhhhxhhhwhhhshsdwwxwx HOOOOORCRUUUUXE HORCRUXE RAAAAAAAAAAAAAAAH" *

*nous souhaitons rassurer notre lectorat : notre dernier goûteur, Harry P., après un court séjour à Ste Mangouste, au service de Pathologie des Sortilèges, a retrouvé ses esprits, et se porte aujourd’hui au mieux, pour ce que nous en savons.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez dorénavant soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :