Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Eddie Redmayne interviewé sur les Animaux Fantastiques

22 août 2016

Cet article est la traduction d’une interview publiée ICI.

JPEG - 231 ko

Commençons par le début ; quand avez-vous entendu parler de ce projet ?
Eddie Redmayne : Je crois que c’était il y a deux ans. On m’a appelé pour un rendez-vous avec le réalisateur [David Yates], il a parlé très vaguement de l’histoire, m’a dit que le script serait prêt cinq mois plus tard, et qu’on se reverrait à ce moment-là. Tout était top-secret. Ce projet m’enthousiasmait beaucoup, mais j’étais aussi nerveux à l’idée de lire le script et de ne pas sentir de connexion particulière avec le personnage.

Après tous vos rôles prestigieux, est-ce que l’idée de participer à un projet comme celui-ci qui s’adresse à un public très large était séduisante pour vous ?
Quand vous voulez vous lancer dans la carrière d’acteur, votre rêve est de trouver un agent et du boulot. Pendant des années, vous passez des auditions, vous prenez ce qu’on vous donne. Vous n’avez que rarement le luxe de choisir. Ce qui était intéressant avec ce projet - le genre d’opportunité qui n’est pas donnée à tout le monde - c’est que vous le considériez comme n’importe quel autre script. Parce qu’un film peut avoir l’air génial, mais si vous n’accrochez pas avec le personnage... alors il y avait ce suspens au moment de la lecture du script : de quoi le personnage aurait-il l’air ? Et ce qui est fantastique, c’est que J.K Rowling a une imagination incroyable, pour ce qui est de façonner son univers en pensant aux moindres détails. Le personnage de Newt était très développé. Je l’ai rencontrée une fois, et elle pouvait répondre à chaque question, connaissait chaque détail. Vous n’incarnez pas quelqu’un qui a réellement existé, mais dans l’esprit de J.K Rowling, Newt est bien tridimensionnel, et vous pouvez discuter de toute sa vie avec elle.

Comment décririez-vous Newt ?
C’est un homme passionné, et sa passion, ce sont les animaux. Sa mère était éleveuse d’hippogriffes, et c’est dans cet univers qu’il se sent bien. Il n’est pas particulièrement à l’aise dans les relations humaines. Il est bien dans sa peau, mais il est déconnecté des gens, qui semblent ne pas le comprendre, et il ne sait pas vraiment pourquoi. Mais ça ne l’intéresse pas particulièrement de savoir. Il tisse des liens avec ses animaux.

JPEG - 246.1 ko

A-t-il des talents particulier, en tant que sorcier ?
Il n’est pas un sorcier extraordinaire. Il est compétent. Il a toujours eu l’habitude d’être physiquement apte à s’occuper des animaux.

Et vous avez étudié le dressage pour ce film, n’est-ce pas ?
J’ai eu quelques mois pour me préparer. Je n’avais jamais pris part à un film de cette ampleur, je n’ai pas une imagination particulièrement débordante, et il y a beaucoup d’interactions avec des animaux, des bêtes fantastiques, et de travail avec des marionnettistes. Comment peut-on se préparer à quelque chose comme ça ? En allant dans des zoos, des parcs, en rentrant dans les cages, avec les animaux, en rencontrant leurs gardiens, en apprenant à quoi ressemble leur quotidien. J’ai passé un jour ou deux avec un homme qui vit dans la forêt, et qui est doué pour suivre les pistes des animaux. Et pour ça, il faut utiliser tous ses sens, de l’odorat, à la vue, de la vision périphérique à l’ouïe - et savoir par exemple quelles plantes peuvent servir d’antidote. Et quand vous traquez des animaux de manière plus physique, il me montrait ce geste [Eddie Redmayne fait la démonstration, et positionne ses pieds en plaçant le côté de ses chaussures en premier], qui m’a aidé à créér la démarche légèrement en canard de Newt.

Que pense Newt de l’Amérique ?
Lorsqu’il arrive à New-York pour la première fois, vous le voyez marcher dans la rue, et il observe la ville comme il observerait un habitat naturel. Il la sent, c’est comme s’il était dans la jungle. C’est extrêmement étrange pour lui de voir un endroit aussi débordant de vie et de gens. Les années 1920 sont la période de la prohibition, et ça a été adapté au monde magique... mais je ne veux pas trop en dire.

PNG - 1 Mo

Quelle est votre créature préférée ?
Il y en a deux. Le niffleur - Ils ont une relation merveilleuse et ambivalente. C’est un vrai cauchemar, pourtant Newt apprécie son entrain et sa tenacité. Et puis il a le botruc, Pickett, je l’adore. Il y a beaucoup de botrucs dans le film, mais Pickett souffre de troubles de l’attachement. Newt sait qu’il ne devrait pas avoir de préféré, mais il adore Pickett.

Quelle est celle qu’il aime le moins ?
Il n’en a pas !

Combien de créatures garde-il dans sa valise ?
Oh, beaucoup. Je n’ai pas le nombre exact. Si vous lisez son livre, vous savez qu’il y a énormément de créatures extraordinaires que l’on n’aperçoit même pas dans le film, mais j’espère que, si nous avons la chance de faire d’autres de films, nous pourrons en montrer plus.

Nous avons appris qu’il avait été renvoyé de Poudlard malgré le soutien de Dumbledore. Est-ce que vous pouvez nous en dire un peu plus sur cet aspect de sa vie ?
J’adorerais vous raconter cet épisode de sa vie, mais les troupes de Warner Bros. me descendraient si je disais quoi que ce soit. Je ne peux rien dire à ce sujet.

Quel a été le sort que vous avez préféré jeter ?
Il y en a un qui est capable de stupéfier quelqu’un et de le transformer en une sorte de statue. Et lorsque j’ai jeté ce sort, il y a avait le meilleur des cascadeurs debout en face de moi, qui d’un coup s’est mis à tomber comme une bûche et s’est écrasé sur le sol, je n’arrivais pas à croire qu’il ne s’était pas fracassé le crâne au passage.

Je sais que vous ne pouvez pas donner de détails, mais qu’est-ce qui surprendra le plus les fans dans ce film selon vous ?
Une des choses que j’ai le plus aimé en lisant le script, c’est qu’il a par moments tout d’un thriller. Il a un côté très sombre, une dimension comique, un peu de romance. Nous avons tous ces genres différents, et J.K Rowling a réussi à les faire cohabiter. Je pense qu’ils seront surpris par l’émotion qu’il contient. Tout ce que j’ai, quand je lis des scripts, c’est mon intuition, et ce script-là m’a véritablement ému. Alors, ça devrait être surprenant, je l’espère en tout cas. Mais j’ai gâché la surprise maintenant ! [rires]

Avez-vous rencontré des acteurs des autres films de la saga Harry Potter, et vous ont-ils donné des conseils ?
J’ai croisé Ralph Fiennes, qui m’a demandé qui était le réalisateur, ce à quoi j’ai répondu David Yates. Ralph a alors dit que ce qui était extraordinaire, compte tenu de l’ampleur du projet, c’est que David Yates avait un œil vif, qu’il prêtait attention aux moindres détails du jeu. C’est un réalisateur qui se soucie de ses acteurs, et c’était une bonne chose à savoir.

Quel personnage de l’univers de Harry Potter aimeriez-vous que Newt rencontre ?
Qu’il rencontre dans un film à venir ? C’est une question intéressante. Je pense qu’une scène entre Newt et Ron pourrait être amusante. Je pense que ces deux-là seraient curieux l’un de l’autre. Ron et Newt passerait sans doute un bon moment, mais je ne suis pas sûr qu’ils accompliraient grand chose.

JPEG - 213.7 ko

Y a-t-il de la romance dans le film ? Selon le canon, Newt partage une destinée commune avec Tina (Katherine Waterstone).
Newt a eu de mauvaises expériences avec les humains de manière générale, et au début du film, il se satisfait de sa seule compagnie et de celle des créatures magiques. Il apprécie la solitude, et il a aussi passé un an sur le terrain, donc il n’a pas eu besoin d’interagir avec des gens. Et lorsqu’il arrive à New-York, il y a bien plus de gens qu’il ne l’avait imaginé. Lorsqu’il rencontre le personnage de Katherine au début du film, il y a un certain antagonisme entre eux, ce sont tous les deux des personnages plutôt malicieux. Nous savons, d’une certaine façon, que ces deux-là finiront ensemble, dans la grande tradition potterienne, et on a cette histoire centrale de ces deux personnages marginaux qui se trouvent peu à peu. Et puis il y a Jacob (Dan Fogler) et Queenie (Alison Sudol), il y a définitivement de la romance dans l’air de ce côté-là...

Si vous pouviez choisir, où voudriez-vous que Newt se rende dans les prochains films ?
J’étais aux studios alors que les décors de Tarzan étaient encore en place et je me disais "On ne pourrait pas avoir un cross-over ? Newt ne pourrait pas se balancer de liane en liane ?". Ca m’a fait penser au fait que j’aimerais vraiment voir Newt en pleine nature.

Quel est votre film Harry Potter préféré ?
Mon préféré est sans doute le dernier, Les Reliques de la Mort partie 2.

Sans doute un choix judicieux, étant donné que David Yates en est le réalisateur.
Avec les deux derniers films, ils sont parvenus à quelque chose que j’ai plaisir à revoir, en particulier ce duel extraordinaire entre Ralph Fiennes et Daniel Radcliffe. Lorsque vous jetez un sort sur le plateau, tous les effets, toute cette puissance qui sort de votre baguette, sont rajoutés en post-production, il ne se passe rien quand vous jouez, et ça a quelque chose de tellement émouvant. J’ai trouvé ça particulièrement plaisant.

Et votre livre Harry Potter préféré ?
Je pense que je vais dire Harry Potter à l’école des sorciers. Lorsqu’il avait six ans, mon petit frère le lisait constamment, et il était instantanément immergé dans cet univers qui libère votre imagination.

Vous avez déclaré que vous étiez très intéressé par la magie lorsque vous étiez enfant. Quel est votre tour préféré ?
Mon tour préféré était celui du livre de coloriage magique ; quand on le feuilletait pour la première fois, toutes les pages étaient blanches, puis on le fermait, on lui donnait un coup de baguette magique, et lorsqu’on l’ouvrait de nouveau, toutes les pages étaient couvertes de dessins. Puis on le refermait, redonnait un coup de baguette, et cette fois-ci, tous les dessins étaient coloriés. C’était mon tour de magie préféré, je l’avais acheté dans une boutique appelée Davenports Magic Shop and School. Et ca ne demandait aucun talent particulier, c’est juste un bon vieux tour à l’ancienne.

JPEG - 228.2 ko

Avez-vous passé le test de répartition sur Pottermore ?
Vous savez quoi, je l’ai fait l’autre jour ! J’aurais vraiment été déçu d’apprendre que je n’étais pas un Poufsouffle, et puis il m’a envoyé à Poufsouffle. J’étais seul chez moi, et j’ai poussé un petit cri de joie en voyant ça, je me suis dit "la magie existe vraiment".

Source : Entertainment Weekly


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :