Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Compte-rendu : l’exposition Harry Potter à Bruxelles, visite de presse

15 juillet 2016

Guizmo s’est rendu sur les lieux de l’exposition Harry Potter pour représenter la Gazette lors de l’ouverture de presse, en partenariat avec Portus : ses impressions.

JPEG - 361.4 ko

Je l’attendais depuis bientôt 10 ans, mais j’ai enfin reçu ma lettre d’admission à Poudlard ! Le temps de faire mes bagages et en route pour le Heysel et l’exposition Harry Potter qui ouvre ses portes à Bruxelles pour l’été ! Si je n’avais encore jamais pu découvrir l’exposition Harry Potter, j’ai déjà eu l’occasion de visiter le Studio Tour de Londres et je n’ai donc pas pu m’empêcher de faire des comparaisons au fil de la visite.

Le tapis rouge destiné à la soirée VIP était petit à petit mis en place à notre arrivée, les points photos étaient déjà installés tout comme les projecteurs. Muni de mon dossier de presse, j’entre enfin dans le palais 2 du Heysel pour découvrir l’exposition.

JPEG - 1 Mo

La file d’attente est fermée, nous n’aurons donc pas accès au photo-op sur fond vert qu’on aperçoit de loin. Les photos prises à cet endroit sont par la suite incrustées devant six arrière-plans différents, dont Poudlard et le Poudlard Express : ne zappez pas cette opportunité, car c’est votre seule chance de pouvoir au moins voir les photos.

Nous pénétrons directement dans la salle du choixpeau magique où, après un court discours de Eddie Newquist, producteur de l’exposition présent pour nous accueillir, j’ai le privilège d’être le premier à pouvoir le mettre sur ma tête. Il m’expédie à Ravenclaw (Serdaigle) ; si on peut regretter qu’elle soit uniquement en anglais et réservée à 3 visiteurs toutes les 60 personnes, cette expérience est certainement un plus avant de se lancer à la découverte des costumes et des décors.

JPEG - 1.7 Mo
Photo par L’Univers Des Séries

Une fois mes compagnons répartis, une salle nous fait revivre quelques scènes des films sur huit écrans ; un peu à la manière de la salle vidéo des studios de Londres, les interviews en moins. Mais ce n’est que pour nous ralentir quelque peu, le temps que le flux de voyageurs ne s’éloigne du quai pour nous permettre d’admirer le Poudlard Express dans son nuage de fumée. C’est rapide ; très rapide (trop rapide ?) car on nous pousse à continuer vers la suite de la visite.

L’exposition est organisée en six zones à thème : Poudlard, le quidditch, la forêt interdite, la cabane de Hagrid, les forces du mal et la Grande Salle.

JPEG - 336.5 ko

La première nous entraîne dans le dortoir Gryffondor où nous attendent les costumes et accessoires des personnages (les chaussures de danse de Neville, l’œuf d’or, le retourneur de temps, le Chicaneur, la carte du Maraudeur,…). Nous pouvons y voir également une reproduction du dortoir, et le panneau d’affichage présent tout au long des films dans la salle commune. Dessus, la liste des membres de l’armée de Dumbledore, que les jumeaux Phelps nous présentent plus tard comme l’un des rares accessoires auxquels ils ont contribué, en signant du nom de leurs personnages.

Une chose me frappe aussitôt, la proximité des objets avec les visiteurs. Le Studio Tour ne permet pas d’être aussi proche de tous les objets qui nous entourent ; il n’y a ici aucun souci pour lire les mots du panneau d’affichage ou déchiffrer la beuglante de la mère de Ron. Tous ces détails sont vraiment à portée et c’est assez plaisant.

JPEG - 298.8 ko

Un dernier bonsoir à la Grosse Dame et nous voici partis dans les couloirs du château à travers les différentes salles de classe. Le principe est le même ; décors, costumes et accessoires de la salle de Divination au bureau de Ombrage, en passant par la salle de classe de Lockhart ou celle de Rogue. C’est dans cette zone que nous avons la seconde animation de l’exposition, avec la possibilité de déterrer une mandragore pour l’entendre crier (Vidéo). Ça ne révolutionne pas votre vie, loin de là, mais c’est toujours amusant d’avoir une certaine forme d’interactivité avec le monde magique.

JPEG - 280.7 ko

Un épouvantard plus loin, on pénètre dans la zone consacrée au Quidditch. On y entre par une reproduction de la tente du tournoi des trois sorciers, un élément qui ne se trouvait ni à Paris, ni à Cologne, car l’espace ne le permettait pas ! Cet environnement est plus réduit que le précédent, mais il accueille tout de même une troisième activité avec la possibilité de s’entraîner au lancer de souafle à travers des anneaux (vidéo). Chaque but fait résonner un petit ding fort satisfaisant. A côté, on peut observer les tenues de Quidditch de trois maisons, mais aussi celles des équipes nationales d’Irlande et de Bulgarie, les balles, trophées, les affiches et accessoires de la Coupe du Monde...

Nous rejoignons ensuite Hagrid dans sa cabane, pour une petite pause dans son grand fauteuil, avant de plonger au cœur de la forêt interdite. Une odeur particulière se dégage littéralement de cet espace : inspirez à fond. L’ambiance s’assombrit, entre Macnair, Buck, Aragog, le Magyar à pointes (du moins sa tête) et les centaures, au point que la forêt interdite est parfois trop sombre pour nous permettre d’observer les créatures qui nous entourent. L’atmosphère est certes un élément important, mais elle empiète ici sur la découverte.

JPEG - 375.5 ko

La magie noire succède aux ténèbres de la forêt ; l’espace est encore plus sombre et il faudra vraiment bien ouvrir les yeux pour voir tous les détails, de la pierre philosophale aux horcruxes. Les costumes de Lucius, Quirrell, Voldemort, Bellatrix et même un détraqueur sont au rendez-vous parmi les articles de la Gazette du Sorcier, et les avis de recherches. La silhouette de Voldemort lui-même se dresse près de la tombe de Tom Jedusor Sr. et la Marque des Ténèbres flotte sur ce lieu. Si vous en avez l’occasion, tentez de repérer le seul mètre carré de l’exposition dans lequel vous pourrez entendre Voldemort s’adresser à vous ; un détail que Oliver Phelps nous dira vouloir reprendre pour sa sonnette de porte d’entrée.

JPEG - 286.4 ko

La lumière réconfortante de Poudlard nous accueille à nouveau alors que nous pénétrons dans la Grande Salle pour le banquet final. Cette dernière zone vous fera saliver entre les friandises et les gâteaux ; mais aussi entre les robes de bal d’Hermione et la tenue du Baron Sanglant (costume qu’on a rarement l’occasion d’observer). Comme à Paris, le jeu de plateau de quidditch est exposé, même si sa version moldue n’est pas disponible dans la boutique.
Lors de la conférence de presse, nous apprenons que la fenêtre située derrière la table des professeurs, haute de 6m40, ne rentrait à l’origine pas dans la pièce ; il a fallu retirer une partie du faux plafond, situé à 6m20, pour pouvoir l’y placer !

JPEG - 48.2 ko

Après avoir salué Dobby et Fumseck, la visite s’achève dans la boutique, remplie d’accessoires, de bonbons (dont certains exclusifs à cette boutique), peluches, pins, t-shirts et autres pièces de collection. Vous y passerez certainement plusieurs minutes, à hésiter entre un paquet de Fudge Flies ou de dragées surprises. L’espace confiserie de Honeydukes est d’ailleurs une nouveauté. Un deuxième fond vert vous permet de prendre une photo en tenue de Poudlard pour une affiche Avez-vous vu ce sorcier ? ; mais vous en saurez plus à ce sujet dans un prochain article exclusif.

Nous avons par la suite eu le privilège d’assister à une séance de questions-réponses avec James et Oliver Phelps, les acteurs qui incarnent les jumeaux Weasley, en présence de deux producteurs de l’exposition.

JPEG - 410 ko

J’ai déjà mentionné la plupart des informations révélées lors de cette conférence de presse, mais je vous laisse sur cette petite anecdote : James et Oliver nous ont expliqué n’avoir connu leur rôle exact qu’au dernier moment. Lors de la première lecture en groupe du scénario du film, ils sont allés voir l’une des responsables pour lui demander “On sait qu’on joue Fred et George, mais qui est Fred et qui est George ?” La responsable a alors éclaté de rire - “elle est bonne ! vous êtes déjà dans le rôle !” - avant de réaliser qu’ils posaient sérieusement la question. Par la suite, ils n’ont jamais cherché à échanger leurs rôles, de peur de ruiner le travail de l’équipe et de s’attirer les foudres de la production.


L’exposition Harry Potter est accessible tous les jours jusqu’au 11 septembre, de 10h à 19h. Les week-end et jours fériés elle ne fermera qu’à 20h. Une nocturne est proposée jusqu’à 22h le premier vendredi du mois. Dans tous les cas, la dernière entrée s’effectue 1h30 avant la fermeture.

JPEG - 768 ko

Les entrées se font par tranche horaire et les réservations sont donc obligatoires sur www.expoharrypotter.be ! Les prix des billets vont de 19,90€ pour les adultes à 14,90€ pour les enfants de moins de 14 ans ; avec une réduction pour les séniors, les étudiants, les groupes d’au moins 10 personnes, les écoles et les familles (2 adultes et 2 enfants pour un budget total de 65€ soit 4 euros de réduction environ). Un tarif spécial est proposé le mardi, avec une réduction de 3€ par adulte.

Vous pouvez rajouter à votre billet le prix d’un audio-guide pour prolonger la visite et multiplier les anecdotes au sujet des accessoires devant vos yeux ; ne vous attendez cependant pas à des explications détaillées. L’audioguide est disponible à l’entrée dans six langues (français, néerlandais, anglais, japonais, mandarin et allemand) pour la somme de 5€ ; à nouveau, la réservation est fortement conseillée.


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :