Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Certains pensent encore qu’Harry Potter est réservé aux enfants

18 septembre 2017

Quel Potterhead ne s’est pas déjà entendu dire « Harry Potter ? Mais c’est pour les enfants » ? Même si la saga est effectivement devenue un pilier de la littérature jeunesse, n’est-elle que cela ? Être fan d’Harry Potter passé 14 ans est-il pour autant une activité puérile ?

Oui, Harry Potter a été écrit par J.K. Rowling pour un public jeune et fait également partie du rayon « littérature jeunesse ». Mais si la quatrième de couverture précise souvent l’âge à partir duquel on peut lire et apprécier une œuvre, elle ne se permet pas d’indiquer l’âge à partir duquel on deviendrait trop vieux pour ça.

La cible de base, mais pas que

Certes, Harry Potter, au départ, c’est pour les enfants. Mais n’est-ce pour autant QUE pour les enfants ? C’est ce que certains affirment, comme par exemple dans cet article du New York Post (en anglais), qui associe le monde de la magie tel qu’il existe dans la saga, à une échappatoire facile au monde adulte et à ses responsabilités, décrédibilisant les "millénials puérils" que seraient les fans.

PNG - 140 ko

Et pourtant, nombre sont les adultes qui trouvent leurs compte dans ces romans fantastiques. De vraies grandes personnes qui travaillent, votent, ont des responsabilités, et parfois des enfants. Et ce, qu’ils aient été fans plus jeunes et continuent de l’être, ou qu’ils aient découvert Harry Potter bien plus tard.

Ces « lecteurs tardifs » peuvent être des adultes influencés par des lecteurs plus jeunes de leur entourage, comme les parents curieux des lectures de leurs enfants, ou non. Le goût et la curiosité littéraire sont des choses qui n’appartiennent qu’à nous, et bien souvent en dépit de notre âge, notre genre, ou tout autre critère.

Des thèmes sombres pour tous

Harry Potter c’est donc pour les enfants, mais ce n’est pas uniquement pour les enfants. Beaucoup d’entre nous se souviendront avoir lu les premiers tomes à l’âge où Harry entre à Poudlard, puis avoir évolué et grandi en même temps que les héros, mais aussi en même temps que les livres. Et tout en restant abordables pour de jeunes lecteurs, les tomes ont su devenir plus denses, plus violents et plus sombres.

Les thèmes abordés sont effectivement parfois bien plus durs qu’il n’y paraît à première vue. Et le côté réaliste et impressionnant des films (notamment les derniers opus) ne font que renforcer ceux-ci ; les images n’ayant pas le même impact sur notre imagination que les mots.

PNG - 136 ko

D’autant plus que ces sujets abordés dans la saga (l’intolérance, la guerre, les raffles) font écho à des faits et moments historiques réels. Les contes ont toujours été tristes, cruels, voire violents, et pourtant ils étaient racontés à tous. Ils permettaient aux jeunes d’avoir conscience de la brutalité du monde et de s’y préparer, et aux plus vieux d’y trouver un écho et un divertissement.
Harry Potter ce n’est pas que de la magie : c’est aussi un miroir tendu à notre monde, comme le sont souvent les œuvres fantastiques ou de science-fiction.

Et si le problème venait d’ailleurs ?

Et au fond, si le « problème » pour certains, n’était pas qu’Harry Potter, ou tout autre roman, soient ou non réservés exclusivement aux enfants ? Et si ce « problème », venait tout simplement du fait qu’on a l’habitude de considérer la littérature pour enfant comme inférieure aux autres ?

PNG - 96.5 ko

Et si, tout simplement, à la base de ces jugements, il n’y qu’un mépris du monde de l’enfance ? Et même si celle-ci prend une part de plus en plus prégnante dans notre société, encore aujourd’hui ce qui est rattaché à l’enfance, ce qui est « puéril », est bien souvent vu comme vain et inintéressant. Hors, d’un point de vue objectif, rien ne justifie ce regard, tout comme celui porté sur les "millenials" pris à partis dans l’article cité plus haut.

L’auteur de ce même article du New York Post évoque aussi le fait qu’Harry Potter ne soit pas "an appropriate adult-male fantasy", soit "une fiction fantastique appropriée pour un public adulte et masculin". Ici une autre question est soulevée, celle de la virilité. Le vidéaste Pop Culture Detective a justement fait récemment une vidéo, The Fantastic Masculinity of Newt Scamander (des sous-titres anglais existent). La vidéo porte sur le fait que Newt affiche une masculinité différente de celle qu’on montre habituellement au cinéma dans les block-busters, et qui selon l’auteur, aurait soulevé de nombreuses critiques.

PNG - 72.7 ko
J.K. Rowling

Notons enfin que la saga dont nous parlons met en scène des enfants portant un poids sur leurs épaules que beaucoup d’adultes n’ont pas pu, et n’auraient pas pu, supporter. Et souvenons-nous aussi que ces œuvres pour enfant ont bel et bien germé dans l’imaginaire d’adultes qui eux aussi, comme toutes les grandes personnes, ont été des enfants.

PS :

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez dorénavant soutenir financièrement la Gazette et ses projets sur Tipeee !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :