Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Bilan du calendrier de l’avent de Pottermore

25 décembre 2014

Il y a quelques semaines, les médias s’emballaient en nous promettant douze nouvelles publiées sur Pottermore... nous annoncions 12 surprises et prédisions des informations sur la disparition de Florian Fortarôme [1]. Après douze jours de calendrier de l’avant, quel est le bilan ? Combien de textes et d’informations clés J.K. Rowling a-t-elle décidé de révéler ? Retour sur les chapitres du Prince de Sang-Mêlé publiés à ce jour sur Pottermore.

Au premier jour du Potternoël, nous faisions face à un texte sur Carbone-les-mines (Cokeworth), ville natale des Evans et de Severus Rogue. Bien que nous savions que Lily et Rogue avaient vécus leur enfance dans la même ville, il n’y avait aucune certitude quant au fait que Rogue y vivait encore. La valeur du texte réside surtout dans l’anecdote qui veut que ce soit l’un des lieux dans lesquels Vernon cherche à fuir les lettre de Poudlard eu début du tome 1 ; il ne choisi donc pas ce lieu au hasard !

Le deuxième jour fut un véritable régal avec la parution de deux textes plus que substantiels sur le Chaudron Baveur (indéfectiblement lié au Chemin de Traverse) et Florian Fortarôme. Le premier nous apprend pourquoi Jo a décidé de placer le pub sur Charing Cross, mais aussi comment l’institution a survécu au cours de siècles et comment son autorité fut établie.

Le deuxième révèle le rôle que Florian aurait dû jouer dans Les Reliques de la Mort ; ce faisant, l’auteur éclaire un mystère qui avait tenu de nombreux lecteurs en haleine. Le glacier n’apparaît que brièvement comme un expert de l’histoire de la Magie et descendant d’un directeur de Poudlard, Dexter Fortarôme. Il devait donc pouvoir donner des indications à Harry quant à l’histoire des reliques de la mort et du diadème de Serdaigle, notamment. Sa disparition devait donc permettre à Harry de le sauver, avant que son rôle ne soit repris par Phineas Nigellus. Une disparition qui s’est donc muée en mort, participant simplement à l’atmosphère d’angoisse planant sur les derniers tomes.

Ce sont à nouveau deux textes qui paraissent au troisième jour du calendrier. On en apprend plus sur les potions et les chaudrons ; si ce dernier n’est que très anecdotique, le premier nous livre quelques informations intéressantes et tente de décourager les moldus qui voudraient se lancer dans leur fabrication. La relation entre l’art des potions et son équivalent réel, la chimie, est également abordée. En parallèle, un nouveau livre de potion est rendu disponible sur le Chemin de Traverse pour ceux qui cherchent encore à faire gagner des points à leur maison.

Le quatrième jour vint le premier chapitre du Prince de Sang-Mêlé dépourvu de texte, mais pas le dernier dans le cas. Tout comme les énigmes des jours 5, 7, 8 et 9, l’énigme du jour 4 ne dévoile qu’une superbe illustration. Notons que, dans ces illustrations, le cri de Katie Bell est terrifiant, les buissons qui bordent le chemin de Pré-au-lard sont angoissants ; la cape d’Albus, les détails de la maison d’Hepzibah Smith ou de la salle sur demande, sont extrêmement riches ; quant à la Grande Salle, on n’a jamais pu aussi bien l’admirer.

On aperçoit trois horcruxes (sans compter Harry), mais on peut regretter que des images pauvres en contenu additionnel le soient aussi en animation, quand celles des jours 2 et 3 permettent de jouer avec les baguettes farceuses des Weasley ou de voir le superbe lavabo gargouille de la classe de potions ; voilà des détails bien plus attrayants dans des moments déjà enrichis de plusieurs textes. Peut-être faudrait-il équilibrer un peu.

A l’occasion de la soirée de Slughorn, postée au jour six, Rowling revint sur les vampires et leur présence dans la saga. Ses réticences à l’idée d’inclure un vampire, basées sur le fait qu’ils sont issus d’une tradition d’Europe de l’Est, font sourire lorsqu’on pense que Dracula, plus célèbre itération du genre, est un roman britannique inspiré par des écrits français, allemands et britanniques, dans le contexte du roman gothique anglais et peu après les atrocités commises par Jack l’Éventreur. L’auteur met surtout fin aux suppositions selon lesquelles Rogue aurait pu être un vampire lors de l’élaboration du livre en présentant un professeur de Poudlard écarté au stade de brouillon : un vampire du nom de Trocart.

Quatre jours plus tard, l’énigme du dixième jour révèle un texte sur d’autres créatures maléfiques : les inferi. Une nouvelle fois, l’auteur explique avoir créé ces créatures pour ne pas avoir à parler de zombies, dont le mythe trop riche et issu d’une autre tradition lui rappellent inévitablement Michael Jackson...

C’est lors de l’avant-dernier jour du calendrier que vint le texte attendu par beaucoup ; ou plutôt, le morceau de texte ajouté à la biographie déjà existante de Drago Malefoy. Les nouvelles informations concernent notamment le futur de Drago, ses occupations de sa vie de rentier et l’éducation que lui et Astoria ont donné à leur fils Scorpius. Elles révèlent également comment Rogue a menti pour protéger Drago après qu’il n’ait pas tué Dumbledore lui-même.

L’autre segment important, c’est le paragraphe concernant l’avis de J.K. Rowling sur le personnage qui explique qu’elle pense qu’être attiré par le personnage est “malsain”. Bien qu’elle admette que Drago n’est pas entièrement mauvais (la preuve, son cœur de baguette en crin de licorne), elle estime qu’il n’y a pas de véritable rédemption pour lui et que son éducation et sa jeunesse ont définitivement abimé sa personne.

Il est intéressant de mentionner qu’elle estime que Drago est un bon Occluman, contrairement à Harry, car il n’a “aucune difficulté à bloquer ses émotions, à les compartimenter et à rejeter certains de ses traits de caractères essentiels”. La biographe voulait “montrer que le fait d’ignorer sa souffrance et ses conflits intérieurs est préjudiciable à soi-même”... ce qui rentre dans le cadre de campagnes et d’études actuelles sur la souffrance psychologique des jeunes garçons auxquels on enseigne que les émotions sont “pour les filles”.

Enfin, lors du douzième et dernier jour du Potternoël, Pottermore nous a offert plus de détails sur les trois niveaux de l’Ordre de Merlin, récompense honorifique sorcière, et sur un cas particulièrement discutable de récipiendaire de cet honneur.

Ce sont donc au total dix textes qui ont été diffusés sur Pottermore au cours des douze derniers jours, tous de qualité certaine et apportant de la matière à ceux qui voudraient poursuivre la discussion sur l’univers. Reste à savoir si l’équipe comblera les trous des tomes 5 et 6, offrant plus de chapitres et quand verra-t-on le test patronus implémenté sur le site.



[1L’annonce officielle ne parlait que d’un texte sur Florian, sans en suggérer le contenu


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2017 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :