Service des Transmissions Magiques Analyses
Encyclopédie
Interviews
Gazette
La Gazette du Sorcier
Forum A propos Exclusif A la une Equipe Blog
5 Noises

Après Poudlard : vers quelles études s’orienter ?

23 septembre 2014

Aujourd’hui, le monde des sorciers est en pleine expansion et s’ouvre, grâce à la politique du ministère de la magie, de plus en plus à la modernité ainsi qu’aux technologies moldues. Cet élan positif, amorcé par les actions de Kingsley Shacklebolt et les combats de Mrs Hermione Weasley ont permis à la communauté d’offrir de nouvelles opportunités aux jeunes sorciers à leur sortie de Poudlard. Ces nouvelles opportunités concernent tout d’abord la création de nouveaux emplois, une nécessité pour accompagner l’évolution du monde magique. Mais elles sont également dues à une modification progressive de la société qui devient plus accueillante et tolérante, notamment pour des jeunes sorcières pleines d’ambitions qui n’hésitent plus à postuler à des postes à responsabilité. Pour vous aider à vous orienter, nos journalistes ont mené leur enquête.

1 - Les valeurs sures

a) Le ministère de la magie.

Si vous avez des ambitions politiques ou simplement le désir de servir la communauté magique, vous parviendrez sûrement à trouver un poste au Ministère, qui vous recrutera en fonction de vos capacités et, la plupart du temps, ne vous demandera aucune formation précise.

Les jeunes sorciers doivent tout d’abord savoir qu’ils ne pourront accéder tout de suite aux postes clés du Ministère de la Magie. Le plus souvent, ils se verront embauchés comme simples secrétaires. ces postes, très nombreux, sont souvent réservés aux sorciers débutants. Mal payés et souvent peu considérés, ces derniers doivent généralement s’occuper de tâches mineures, mais leur rôle est crucial dans le bon fonctionnement du ministère de la magie : ce sont eux qui envoient les notes volantes, rédigent et expédient les courriers et écrivent les rapports. Si l’on vous propose un poste de secrétaire, il ne faut en aucun cas rejeter cette offre, car si vous vous faites remarquer de vos supérieurs, vous aurez de fortes chances de gravir les échelons. Toutefois, si vous n’avez pas de chance lors de votre entretien d’embauche, il est possible que l’on vous demande d’être stagiaire pour une durée de deux à trois ans. Ce sera alors à vous de préparer le café, laver les sols et cirer les chaussures des membres les plus importants du ministère. Si vous savez vous y prendre, vous pourrez profiter de cette proximité pour demander un vrai poste….qui sait ?

Après quelques années à exécuter des tâches subalternes, de nombreuses opportunités s’ouvriront à vous en fonction des relations que vous aurez pu vous faire. Il serait impossible de citer toutes les carrières possibles au sein de cette institution, mais voici quelques pistes qui pourraient vous aider :

• Gardiens du secret : c’est un emploi très important mais peu reconnu dans le monde des sorciers. Les Gardiens du Secret se chargent de l’existence de notre communauté et sont passés maîtres dans l’art du sortilège d’amnésie et du mensonge. Ils sont aussi responsables des communiqués de presse lorsqu’il est nécessaire de faire parvenir une information au monde moldu (sauf quand l’information est capitale, comme le retour de Voldemort). Pour occuper ce poste, il est important d’avoir des connaissances pointues sur la psychologie et le comportement des moldus et de bonnes compétences en sortilèges.

• Agents du Service des Transports : ce sont eux qui s’occupent de la bonne marche et de l’amélioration des différents réseaux de communication. Il existe plusieurs spécialisations : testeur de poudre de cheminette, examinateur de transplanage, régulateur des portoloins.

• Agents de liaisons sorcières internationales : les sorciers capables de parler plusieurs langues étrangères se voient souvent confier des missions pour entretenir la coopération entre les différentes communautés magiques. Très prisées des magiciens et magiciennes avides de découvrir le monde, ces places sont souvent réservées aux plus diplomates et efficaces d’entre eux.

b) Le département de la Justice Magique.

Cette voie est souvent suivie par les plus doués des élèves de Poudlard. Il faut en effet posséder de très bonnes connaissances en histoire et maitriser parfaitement les bases de la magie pour réussir dans ce domaine.

• Bureau des Aurors : si Harry Potter, Nymphadora Tonks ou Maugrey Fol Œil sont vos modèles, ce département est fait pour vous ! Si vos compétences en métamorphoses, soins aux créatures magiques, défense contre les forces du mal, sortilèges et potions vous permettent de suivre jusqu’au bout votre formation, vous pourrez alors poursuivre vous-même les malfaiteurs. Ne vous méprenez pas : avoir de bonnes notes aux Aspics ne vous suffira pas : vous aurez à faire vos preuves lors de missions spéciales encadrées par des membres émérites du Bureau. Vous devrez alors vous endurcir et entretenir un mental de fer pour affronter toutes les épreuves prévues par Harry Potter pour le recrutement de ses nouvelles troupes.

• Brigade de Police Magique : Ils sont chargés de faire respecter la loi et, contrairement aux Aurors, s’occupent essentiellement de délits classés dans les catégories B et C par le ministère de la Magie. Ce métier demande de maîtriser les bases de la magie (Métamorphoses, sortilèges et potions essentiellement). Cette carrière est souvent choisie par les sorciers qui n’ont pas réussi à intégrer le Bureau des Aurors. Si vous êtes bon en duels, vous serez peut-être même choisi pour être tireur d’élite de baguette magique.

• Service des Usages Abusifs de la Magie : si vous souhaitez contribuer à la campagne de sensibilisation des jeunes sorciers à la préservation du Secret Magique, ce département est sans doute fait pour vous. S’il semble peu passionnant de prime abord (il s’agit principalement de rester dans un bureau à fixer la fameuse Carte de la Trace et d’envoyer des Beuglantes aux élèves qui exercent la magie en dehors de Poudlard), ce métier offre de nombreux privilèges aux jeunes sorciers (salaire élevé et logements de fonction, qui permettent de bien démarrer).

• Service des détournements de l’artisanat moldu : peu considéré auparavant, ce département occupe désormais une place très importante au sein du Ministère de la magie, grâce à l’ouverture de notre communauté aux nouvelles technologies moldues. Ce service s’est vu notamment attribuer cette année, en réponse à la tragique disparition de MSN qui a désespéré plusieurs milliers d’individus dans le monde, tout un étage pour lutter contre les virus magiques que certains plaisantins s’amusent à insérer dans les ordinateurs moldus.

• Service administratifs du Magenmagot : ce département recrute ceux qui ont de bonnes connaissances en histoire et maitrisent parfaitement les bases de la magie. Généralement, les jeunes sorciers exercent des fonctions d’avocats ou de procureur pendant plusieurs années avant de pouvoir occuper le poste prestigieux de Juge.

c) Médecine, herbologie et potions

Les possibilités sont nombreuses dans le domaine de l’herbologie, des potions et de la médecine. Vous êtes certainement instruit sur le sujet, les potions étant l’une des matières obligatoires dès la première année de votre scolarité à Poudlard. Vous avez même sans doute eu l’occasion de faire des passages plus ou moins brefs à l’infirmerie. Mais vous êtes-vous posé des questions sur les métiers qui entourent ce domaine ?

• Puisque nous parlions de Poudlard, commençons par celui avec lequel vous avez sans doute le plus de familiarité, celui d’infirmier ou d’infirmière. Accessible après un apprentissage de deux ans à Sainte Mangouste, vous aurez ensuite la possibilité de rester travailler dans l’hôpital, ou de vous faire engager dans une entreprise. Le travail sera bien sûr plus ou moins intéressant suivant le lieu où vous serez embauché. Vous n’aurez pas à traiter les mêmes blessures auprès du service des Aurors que dans nos locaux, bien qu’il ne faille pas sous-estimer une coupure avec du papier. Si vous souhaitez une formation plus poussée, vous pouvez compléter vos deux ans d’apprentissage par trois ans sous la direction d’un spécialiste et atteindre le rang de Magicomage, hautement respecté dans notre société. Les postes disponibles sont essentiellement en hôpital, mais il existe des cas particuliers comme les Magicomages attitrés des équipes de Quidditch. Si cela aura l’avantage non négligeable de ne pas vous exposer volontairement à la dragoncelle, il ne faut en revanche pas être effrayé par les fractures spectaculaires.

• Vous pouvez également vous diriger vers la formation de Maître des Potions. Longue et difficile, elle est cependant très importante dans notre société. En effet, il existe de nombreux types de Maîtres des Potions, chacun spécialisé dans un domaine particulier. Certains s’exercent à la médecine, comme les Préparateurs de Remèdes ou les fameux Bézoards, qui s’occupent des poisons, d’autres à l’alchimie, l’artisanat, le textile, la peinture… Le Maître des Potions qui travaille généralement en lien étroit avec de nombreux corps de métiers, est souvent chargé de fabriquer des breuvages magiques et, dans le même temps, de chercher de nouvelles possibilités. L’apprentissage dure cinq années sous la direction d’un Maître, suivi de deux années à l’étranger sous la direction d’au moins deux autres spécialistes afin de tester et remettre en question toutes vos connaissances.

• Autre métier non négligeable dans le domaine : celui d’Herbologue. Cette activité constitue la base de tous les métiers que nous venons de vous présenter. Les Herbologues sont ceux qui sélectionnent et étudient les plantes à la base de toutes les potions. C’est pourquoi ils doivent avoir une maîtrise parfaite de leurs connaissances. Leur formation commence par deux années d’études après Poudlard, dans un centre de recherche en herbologie et magizoologie basé dans la forêt de Gwydyr. Cette formation est suivie d’une année de voyage autour du monde afin de découvrir toutes les sortes d’herbes et de plantes. Toutefois, ce domaine d’étude n’est pas sans risques, puisqu’il est fortement conseillé aux étudiants de faire leurs propres expérimentations afin de découvrir les différentes propriétés des plantes, bien qu’il leur soit demandé de ne pas utiliser leurs camarades comme sujets de tests. Généralement, après l’obtention de leur diplôme, les jeunes Herbologues s’installent sous la direction d’un expert avant de commencer leur carrière, ou d’un Apothicaire avant d’ouvrir leur propre boutique.

d) Journalisme

Le journalisme est un domaine porteur depuis le décret sur la liberté de la presse de 2002. Si vous souhaitez vous engager sur cette voie, sachez qu’il n’y a pas besoin d’une formation préalable. La seule chose demandée est un certain talent pour les mots et une passion pour le sujet traité. Il est cependant conseillé d’avoir une certaine expérience dans le domaine dont vous souhaitez parler. Dans le domaine du sport, par exemple, nos reporters les plus en vue sont d’anciens sportifs. Avec le développement du monde magique, il y a, en outre, de plus en plus de possibilités : la Gazette du Sorcier, bien sûr, mais aussi le Sorcier du Soir, Sorcière-Hebdo, Balai Magazine, le Mensuel de la Métamorphose, Cuisine Magique, Super Beedle Géant, Actu-Moldue (le petit dernier), et si vous aimez la fantaisie, le Chicaneur.

e) Les métiers du Sport

Les métiers du sport se font avec passion. Que vous soyez joueur de Quidditch, de Quodpot, de Sautebuisson, ou simplement coureur, vous aurez besoin d’un balai. Et d’un bon. Tout le monde souhaite être sous le feu des projecteurs, mais il ne faut donc pas oublier les métiers de l’ombre, ceux qui permettent aux sorciers sur le terrain de briller. Notamment le TTV (Technicien en Technologie de Vol). Spécialiste de la forme, du confort et des matériaux des balais, il ne laisse rien au hasard. De nombreuses compagnies se disputent le marché : Nimbus, Etoile Filante, Brossdur, Spudmore, et le prochain retour de Flèche d’Argent. Un apprentissage de deux ans est nécessaire, et se termine par la fabrication, seul, d’un balai. L’obtention du certificat dépendra de la réussite ou non de cette épreuve. On raconte que c’est à ce moment de sa formation que Spudmore a commencé à imaginer ce qui sera plus tard l’Eclair de Feu, toujours leader dans le domaine.

f) Créatures magiques

Le domaine des créatures magiques n’a jamais cessé d’être une valeur sûre. Tout comme pour les potions, vous devez être familier avec le sujet, l’ayant étudié depuis votre troisième année à Poudlard. Les possibilités sont nombreuses ; c’est pourquoi nous avons décidé de nous focaliser sur trois métiers en vogue.

• Le plus connu d’entre eux, et qui fait généralement rêver, est celui de Magizoologue. Si vous avez soif d’aventure, que vous souhaitez étudier le Malagrif Tacheté dans son habitat naturel ou finalement apporter des preuves de l’existence du Ronflac Cornu, il faut sans doute vous diriger dans cette voie. Le Magizoologue n’est pas, comme on pourrait l’imaginer, un vieux sorcier vêtu de feuilles et de branchages en camouflage dans la montagne. Il n’est pas non plus un homme barbu vivant avec les veaudelune à l’écart de la civilisation. Pas tout le temps. Non, le Magizoologue peut également être une blonde à l’air rêveur, ou encore un jeune homme photographe qui arpentent le monde. La discipline, bien que passionnante, peut s’avérer dangereuse : tout le monde n’est pas en mesure d’aborder un Yéti avec calme. Il est donc nécessaire de suivre une formation de deux ans au centre de recherche en herbologie en magizoologie de la forêt de Gwydyr. Une fois cette formation achevée, vous devrez choisir un sujet de recherche, et aurez deux années supplémentaires pour mener celui-ci à terme et produire vos résultats devant une assemblée de Magizoologues.

• Si, comme la plupart d’entre nous, vous avez une fascination profonde pour les dragons, mais ne souhaitez pas devenir Magizoologue, vous pouvez vous faire engager dans l’une des colonies de dragons. Le travail étant rude, ils y manquent souvent de main d’œuvre. Il est cependant crucial que les dragons soient encadrés. D’une part pour leur propre protection : les moldus les chasseraient sans doute jusqu’au dernier s’ils découvraient leur existence. Mais également pour notre protection. Personne n’a oublié le désastre de 1964, l’évasion du Dent-de-vipère du Pérou qui avait causé la mort de trente-huit moldus, cinquante-trois vaches et cinq chèvres. Aucun risque d’ennui dans ces colonies, et pas de danger immédiat sauf en cas de comportement imprudent. Mais ne vous inquiétez pas, ce que vous devez et ne devez pas faire est la première chose qui vous est apprise lors de vos six mois de formation avant d’être lâché sur le terrain.

• Le troisième métier est inattendu mais en forte expansion : l’éleveur de boursouflets. Rendus populaires grâce à Fred et George Weasley, ces petites créatures sont en rupture de stock un peu partout. Les éleveurs tentent de faire des croisements avec d’autres créatures magiques dans l’espoir d’un jour les doter d’ailes. Certains croient même qu’ils pourraient à terme remplacer les hiboux auprès des jeunes. Si vous aimez le grand air de la campagne et n’avez pas envie de continuer des études longues après Poudlard, c’est l’idéal !

2 - Les métiers d’avenir

a) La recherche

Le secteur de la recherche a toujours existé dans le monde sorcier. Il est essentiel de mieux comprendre la magie et de la faire évoluer avec nous. Mais depuis quelques années, les objectifs se sont quelque peu modifiés, incluant de nouveaux domaines. De nombreuses possibilités s’offrent donc à vous, notamment si vous êtes né-moldus.

• Parmi les sujets de recherches « classiques », on peut citer la magie théorique. On sait peu de choses sur ceux qui l’étudient, si ce n’est qu’ils font partie Langues-de-Plomb. Selon les rumeurs, les sorciers les plus doués sont sélectionnés et contactés par le Directeur du Département des mystères en personne et se voient proposer une immense fortune contre leur dévouement absolu. Leurs recherches portent notamment sur les possibilités d’évolution de la magie et sur les différents types existants (ils auraient récemment commencé à s’intéresser aux capacités des elfes de maison). Du moins c’est ce qu’ils disent. Nos journalistes n’ont pas réussi à obtenir davantage d’informations sur ce sujet et aucune révélation n’a été faite à ce jour par le ministre de la magie….Ce qui est certain, c’est qu’il est impossible de les rejoindre immédiatement après vos études, vous devrez d’abord étudier en profondeur l’histoire de la magie, l’arithmancie, l’alchimie, les créatures magiques et tout ce qui peut être en lien avec les sujets qui intéressent le département des Mystères. Faites de nombreux apprentissages, diversifiez vos connaissances et une fois sûr de vous, proposez un projet de recherche, accompagné de vos premiers éléments d’études. La route est longue, mais l’enjeu important !

• Un autre sujet traditionnel, mais qui reprend de l’ampleur, est la recherche d’une cure contre la lycanthropie. Hermione Granger, bien connue au ministère pour son combat contre les injustices et la discrimination, a récemment débloqué des fonds pour une bourse de recherche sur le sujet. Harry Potter lui-même ferait partie des généreux donateurs qui ont rendu cela possible. La bourse devrait être disponible à partir de la rentrée prochaine, mais les dossiers de candidatures commenceront à être étudiés à partir de janvier. Ils cherchent à mettre sur pied une équipe jeune et dynamique, qui travaillerait sur le sujet en parallèle de leur formation. N’hésitez donc pas à tenter votre chance !

• Enfin, deux nouveaux métiers sont en pleine émergence, mais ils s’adressent de préférence aux né-moldus. L’Observateur des Technologies Moldues tout d’abord. Son rôle est d’étudier et de sélectionner les innovations moldues intéressantes à détourner pour le monde magique. En effet, depuis quelques années le ministère a reconnu que dans certains domaines les moldus possédaient une technologie plus avancée, qu’ils utilisent afin de combler leur incapacité à utiliser la magie. Exploiter cette technologie permettra donc de faire avancer le monde sorcier et de combler le léger retard qu’il a pris. En lien direct avec ce poste est celui de Technicien en Adaptations Moldues. C’est lui qui se charge de la partie pratique et technique de ces adaptations. S’il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances poussées en magie si l’on veut devenir observateur, il n’en va pas de même pour un technicien. Ce dernier doit en effet avoir une formation d’au moins deux ans auprès d’un maître de métamorphose et un maître d’enchantement. Dans les deux cas, il est primordial d’avoir une connaissance très poussée du monde moldu. L’échec du premier duo, qui avait confondu un aérosol avec une bouteille de gaz, faisant exploser l’intégralité de leur bureau, restera dans les annales. En revanche, la recherche autour de la télévision et de l’internet intéresse déjà de nombreux sorciers.

b) Commerce et restauration

• Si vous souhaitez devenir votre propre patron, ce domaine est fait pour vous. Si vous avez un talent pour l’artisanat, vos créations sont susceptibles d’intéresser une clientèle toujours à la recherche de nouveautés, notamment dans le domaine des Farces et attrapes, qui a gagné ses titres de noblesse grâce au travail acharné des membres de la société Weasley and Weasley. De même, si vous êtes doué en construction magique, nous vous conseillons vivement de travailler à votre compte : la nouvelle tendance pour les familles de sorcier est de se faire construire des maisons « plus grandes à l’intérieur qu’à l’extérieur » et on manque d’architectes pour répondre à cette demande.

• De même, si vous avez une passion pour la cuisine, vous aurez toutes vos chances dans la restauration. Les sorciers s’ouvrent davantage aux nouvelles saveurs : certes, les plats traditionnels sont délicieux, mais ajouter un brin de magie dans les assiettes peut faire toute la différence. Il est maintenant de bon ton pour les chefs d’expérimenter différentes possibilités pour mettre au point des mets tous plus épiques les uns que les autres !

• Il faut aussi savoir que les temps sont favorables au développement de nouveaux commerces. L’annonce de la construction d’une nouvelle zone marchande dans le nord de l’Angleterre (dont l’emplacement exact n’a pas encore été révélé au public) a suscité un grand intérêt parmi les sorciers désireux d’ouvrir leur propre commerce. Si vous avez toujours fait preuve de convivialité et d’un grand sens de l’organisation, c’est peut-être une opportunité à saisir. Boutiques, restaurants, bars, cafés, tout reste à construire ! Vous bénéficierez, de surcroît, d’une clientèle soucieuse d’échapper au tumulte du Chemin de Traverse.

3 - Les voies déconseillées

a) Fabricant de baguettes

S’il existe encore quelques formations, il est difficile d’établir un commerce de baguettes magiques au Royaume-Uni. Ceux qui veulent épouser cette carrière partent souvent s’installer à l’étranger, mais leurs chances de développer une clientèle fidèle sont minimes… Il est en effet impossible pour de jeunes fabricants de faire concurrence à Ollivander, auquel tous les sorciers sont attachés. Qui pourrait leur en vouloir ? La qualité de ses baguettes n’est plus à remettre en question, d’autant plus qu’elles s’exportent désormais à l’étranger…

Les sorciers qui se risquent à cette profession devront endurer bien des déconvenues. La formation se fait à l’ancienne : les futurs fabricants de baguettes doivent voyager à travers le monde, en compagnie d’un Maître, pour apprendre à chasser et capturer des créatures magiques, à préserver les propriétés magiques du bois. Il faut aussi, en parallèle de ces études, développer des connaissances encyclopédiques en herbologie, soins aux créatures magiques et sortilèges. En plus de posséder une mémoire prodigieuse, vous devrez aussi apprendre à récolter des ventricules de dragon et des cornes de licornes sans vous faire éventrer…Autant dire que ce n’est pas à la portée du premier venu…

b) Professeur à Poudlard.

Beaucoup de jeunes sorciers rêvent d’enseigner leur savoir aux jeunes générations, mais les places à Poudlard sont plus que réduites. Si vous souhaitez devenir enseignant, vous devrez vous armer de patience : la directrice ne recrute plus et il ne semble pas, comme l’affirme pourtant Rita Skeeter, que le professeur Londubat laisse sa place vacance à cause des rumeurs qui circulent sur supposé alcoolisme.

c) La recherche historique

Après la dernière guerre, il y a eu un certain regain d’intérêt pour cette discipline. Beaucoup de sorciers, traumatisés par les événements, se sont mis à écrire des témoignages, des récits biographiques ou des analyses historiques. Cette surproduction d’ouvrages concernant cette période a limité les chances des jeunes passionnés d’histoire de se faire un nom et de vivre uniquement de leurs publications. Toutefois, la situation n’est pas complètement désespérée. Si vous avez réussi à étudier d’autres périodes historiques sans vous endormir, non seulement vous méritez notre respect le plus sincère, mais vous parviendrez certainement à gagner l’intérêt du public, toujours à la recherche d’ouvrages clairs et détaillés sur l’histoire de la Magie.

Il faut aussi noter que, dans ce domaine, deux métiers ont vu le jour :

• Suivant la mode actuelle, des sorciers ont connu le succès en publiant des ouvrages d’anthropologie moldue. On doit à ces chercheurs, qui ont dédié leur vie à l’étude des moldus, des bestsellers tels que « Le canard en plastique : histoire d’un progrès », « l’ordrinateur, aspirateur d’âme. Faut-il s’inquiéter pour les moldus ? », ou encore « Game of Thrones, l’histoire des moldus vue par les moldus ».

• De même, après le succès de Robert Chest, chercheur de trésors, la célèbre trilogie de B. Buck, un certain nombre de sorciers sont partis à l’aventure en épousant la profession d’archéologue. Parcourant le vaste monde, travaillant le plus souvent en collaboration avec des musées, ces jeunes épris de sensations fortes sont à la recherche d’objets anciens, qui peuvent apporter un nouvel éclairage sur les pratiques anciennes de la magie.

Bien entendu, la liste que nous vous présentons ici est non exhaustive. Les possibilités sont nombreuses et variées, et avec un peu de recherche, chacun sera en mesure de découvrir quel métier est fait pour lui. N’hésitez pas à discuter avec vos professeurs à Poudlard : ce sont eux qui connaissent le mieux vos aptitudes, et ils seront en mesure de vous conseiller. Et si vous avez un doute, n’hésitez pas à faire un stage durant l’été. Bien sûr cela écourtera vos vacances, mais cela vous évitera de perdre votre temps une fois votre septième année achevée !


Mots-clef de l'article :

Copyright © 2000-2009 La Gazette du Sorcier
Les documents du site sont placés sous licence Creative Commons (by-nd-nc).
Anciennement www.chez.com/harrypotter
Anciennement www.aidepc.net/harrypotter

La Gazette du Sorcier est auditée par :